Lot 21
5 000 - 6 000 €
Résultats sans frais
Résultat: 8 200 €

ARTAUD (Antonin)

6 lettres autographes signées au journaliste Fernand Pouey, alors directeur des émissions dramatiques et littéraires de la radiodiffusion française. Maison de santé d'Ivry, Novembre 1947 - février 1948. 24 pp. 1/2 in-8 et in-12 carré, 3 enveloppes conservées.
RICHE CORRESPONDANCE ÉCLAIRANT SUR LES INTENTIONS DE SA DERNIÈRE OEUVRE, POUR EN FINIR AVEC LE JUGEMENT DE DIEU, DONT IL DONNE ICI LE PLAN DÉTAILLÉ, ET ÉCLAIRANT LES CIRCONSTANCES DANS LESQUELLES ELLE FUT ENREGISTRÉE, MONTÉE PUIS INTERDITE DE DIFFUSION. Sur cette affaire de censure, cf. le n° 20 ci-dessus.
Lettres écrites de la maison de santé d'Ivry, sa dernière adresse: sorti de l'asile de Rodez en 1946, il fut recueilli dans cet établissement psychiatrique de la banlieue parisienne où, logé dans un pavillon individuel, il jouissait de la liberté d'aller et venir à sa guise. C'est là qu'il écrivit ses derniers textes comme Van Gogh le suicidé de la société ou Pour en finir avec le jugement de Dieu, et là qu'il fut retrouvé mort le 4 mars 1948.
- 19 novembre 1947: «... Je crois que quand vous connaîtrez les thèmes de l'émission préparée, ils vous paraîtront étrangement nécessaires. Je ne pense pas que vous vous y attendrez...»
- 11 décembre 1947: «Lorsque discutant de ma «tentative» d'émission à la radio la question en est venue à mon cachet «d'acteur», je vous ai dit: «Je m'en remets à vous», répugnant dans un effort où il était question pour moi d'une voie nouvelle à percer, à entrer dans de misérables discussions de chiffres, et dans des réclamations de plus ou de moins.
Je pensais simplement que vous voudriez de votre côté faire le maximum et ne pensant pas que vous auriez pu permettre que je sois moins payé que l'un quelconque de mes propres interprètes. On a beau être «détaché», il faut manger, s'habiller, prendre des moyens de locomotion, c'est pourquoi le chiffre de 3190 fs qui m'a été alloué m'a suffoqué!
Ceci dit, laissez-moi en revenir au travail fait. Je crois qu'on peut y trouver le meilleur et le pire. J'ai beaucoup fait de radio avant la guerre, avec Paul Deharme à Radio Information, et le travail fait chez vous était loin de représenter une prise de contact avec ce moyen d'expression, mais il faut d'autre part que le réalisateur Mr Guignard, les monteurs et en général tous ceux à qui j'ai eu à faire comprennent QUELLES furent mes intentions et volontés. À PRENDRE LA CHOSE EN BLOC, ON AURA L'IMPRESSION D'UN TRAVAIL CHAOTIQUE ET NON SUIVI, D'UNE SORTE DE HASARDEUX ET ÉPILEPTIQUE TRONÇONNEMENT OU LA SENSIBILITÉ ERRANTE DE L'AUDITEUR DOIT PRENDRE AUSSI AU HASARD CE QUI LUI CONVIENT.
EH BIEN, NON!!
EN FINIR AVEC LE JUGEMENT DE NOS ACTES PAR LE SORT ET PAR UNE FORCE DOMINANTE, C'EST SIGNIFIER SA VOLONTÉ DE MANIÈRE ASSEZ NEUVE POUR INDIQUER QUE L'ORDRE RYTHMIQUE DES CHOSES ET DU SORT ONT CHANGE LEUR COURS.
IL Y A DANS L'ÉMISSION QUE J'AI FAITE ASSEZ D'ÉLÉMENTS GRINÇANTS, LANCINANTS, DÉCADRÉS, DÉTONNANTS POUR QUE, MONTES DANS UN ORDRE NEUF, ILS FASSENT LA PREUVE QUE LE BUT CHERCHE A ÉTÉ ATTEINT. Ma fonction était de vous apporter des éléments. Vous en ai-je apporté. Il y en a de mauvais, il y en a, je crois, d'excellents. J'espère que vous trouverez ce monteur intelligent qui saura donner aux éléments que j'ai apportés toutes les insolites valeurs que je leur ai souhaitées...»
- S.d.: «En ce qui concerne le texte d'ouverture de «Pour en finir avec le jugement de Dieu» on peut couper à partir de «faire et fabriquer des soldats» jusqu'à «pour se battre il faut recevoir des coups, et j'ai vu beaucoup se battre les Américains».
LE MONTAGE GÉNÉRAL SE DISTRIBUE COMME SUIT: 1 Texte d'ouverture. 2 Bruitage qui vient se fondre dans le texte dit par Maria Casarès. 3 Danse des Tutuguri, texte. 4 Bruitage (xylophonie). 5 La recherche de la fécalité (dit par
Roger Blin). 6 Bruitage et battements entre Roger Blin et moi. 7 La question se pose de (texte dit par Paule Thévenin).
8 Bruitage et mon cri dans l'escalier. 9 Conclusion texte. 10 Bruitage final.
Si vous faites quelque chose sur Artaud le Momo, je vous signale que Paule Thévenin dit très bien l'un des poèmes, le plus court Centre mère et Patron minet. J'AI ÉTÉ TRÈS HEUREUX, DE CETTE ÉMISSION, ENTHOUSIASME DE VOIR QU'ELLE POUVAIT FOURNIR UN MODÈLE EN RÉDUCTION DE CE QUE JE VEUX FAIRE DANS LE THÉÂTRE DE LA CRUAUTÉ. C'est pourquoi je tiens à vous en remercier tout spécialement, mais vous-même, n'avez-vous pas débuté dans la vie par une sorte de forme de danse rythmée entre le théâtre et la poésie?»
- 20 janvier 1948: «Paule Thévenin, notre commune amie, va aller cette semaine même... toucher le cachet qui lui a été attribué pour sa collaboration à mon émission radiophonique «Pour en finir avec le jugement de Dieu».
Je dirai, et vous ne m'en voudrez pas, que PAULE THÉVENIN EST UNE DE MES OEUVRES. J'AI MIS UN SOIN APPLIQUE ET MÊME UN PEU ENRAGE À DÉGAGER EN ELLE, SUR LE PLAN THÉÂTRAL, DES FACULTÉS QUE D'AUTRES NIAIENT, RENIAIENT, ET PIÉTINAIENT. J'AI VOULU QUE CES FACULTÉS FUSSENT MISES EN ÉVIDENCE ET EN CLARTÉ, CAR LE TIMBRE DE SON DIAPASON PROPRE N'EST PAS COMMUN. ELLE EST HORS COMMUNAUTÉ. Puis-je me permettre de vous demander d'y penser au moment de l'attribution de son cachet, afin qu'elle ne soit pas confondue avec la troupe de toutes les actrices qui défilent journellement...»
- 7 février 1948: «J'AI APPRIS VOTRE ADMIRABLE ATTITUDE AU SUJET DE MA RADIODIFFUSION. PARDON DU MAL QUE JE VOUS DONNE ET MERCI DE ME DÉFENDRE AINSI DE TOUT VOTRE COEUR. JE SAIS QUE VOUS AVEZ JOUE VOTRE SITUATION ET L'AVEZ JETÉE DANS LA BALANCE, mais je ne comprends pas qu'une incompétence à peine sortie des écoles comme
Vladimir Porché s'arroge le droit d'arrêter la diffusion d'un document annoncé depuis plusieurs semaines et par conséquent auditionné par des dizaines de techniciens qui ont jugé de sa valeur et DÉCIDÉ de son émission. Il y a beaucoup d'autocratisme arbitraire qui ne doit pas être supporté. J'ai d'ailleurs écrit à Vladimir Porché une lettre en lui exposant en détails et d'une manière simple et très claire dans quel mouvement d'idée j'avais écrit mes textes et composé cette émission. Quant au sentiment de l'auditeur non averti, il est que jamais l'émission ne fut attendue avec plus de curiosité et d'impatience par la grosse masse du public qui n'attendait justement que cette émission pour se composer une attitude en face de certaines choses de la vie.
CETTE ÉMISSION EST UNE LONGUE PROTESTATION CONTRE L'ÉROTISME FONCIER DES CHOSES CONTRE LEQUEL TOUT LE MONDE EN SON SUBCONSCIENT VEUT RÉAGIR, ET CONTRE L'ARBITRAIRE SOCIAL, POLITIQUE ET ECCLÉSIASTIQUE (RELIGIEUX)
DONC RITUALISTE DE LA LOI. ET LE CORPS SOCIAL A ASSEZ DE TOUT RITE...»
- 17 février 1948, adressée conjointement à Fernand Pouey et au monteur René Guignard: «JE CROIS QUE CE QUI A BOULEVERSÉ CERTAINES PERSONNES COMME GEORGES BRAQUE DANS LA RADIO-ÉMISSION «LE JUGEMENT DE DIEU» EST SURTOUT LA PARTIE DES SONORISATIONS ET XYLOPHONIES SONORES avec le poème dit par Roger Blin et celui dit par Paule
Thévenin. Ils ne faut pas gâter l'effet de ces xylophonies par le texte ratiocinant, dialectique et discutailleur du début.
Je vous avais écrit un pneu [pneumatique] pour vous indiquer certaines coupures à faire qui ne laissaient certaines phrases du début et de la fin de l' «Introduction». Je vous supplie de faire ces coupures. Je vous supplie tous les deux de VEILLER à ce que ces coupures soient strictement faites. Il faut que rien ne subsiste dans cette radio-émission qui risque de décevoir, de lasser, ou d'embêter un public fervent qui a été saisi par tout ce que les sonorisations et xylophonies apportaient de neuf et que même les théâtres balinais, chinois, japonais et cinghalais ne contiennent pas...»
Lettres publiées, sauf la première, dans l'édition de Pour en finir avec le jugement de Dieu donnée par Alain
Gheerbrant en avril 1948 (K éditeur, pp. 83-101).
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue